Tablier de maître du rite français, Bordeaux, 1815-1855.

Soie et coton, brodé et pailleté. H. 27,5 cm, L. 33,3 cm.
Provenance : loge maçonnique "l'Etoile de la Gironde".

Don des Amis du musée d'Aquitaine en 2007.

Inv. 2007.9.2

Tablier de maître du rite français

 

 

 

 

Tablier rectangulaire à bavette  en soie blanche bordée d'un galon tuyauté bleu. La bavette est ornée d'une étoile flamboyante à 5 pointes dardant des flammes de ses angles rentrants, constellée de 6 points. Le plat du tablier est orné du soleil et de la lune et de 2 branches d'acacia liées, largement ouvertes sous le compas et l'équerre entrecroisés enserrant une étoile.

Au centre, les deux outils opératifs intimement liés, symboles fondamentaux de la franc-maçonnerie dont la connaissance et la méditation permettent la découverte de sa propre personnalité.

 

©  Mairie de Bordeaux, Lysiane Gauthier

L'équerre, outil passif, est le symbole de la matière qu'elle rectifie et ordonne et donc celui de l'action de l'homme sur le monde matériel, de l'équité et de la justice. Elle l'invite à descendre en lui-même pour mieux se connaître, se débarrasser de ses défauts et devenir droit et juste.

Le compas, outil actif, mobile, sert à prendre la mesure de toutes choses, à construire et ainsi est l'image de l'emprise sur la matière, de la primauté de la réflexion sur les passions, de la prudence et de la tempérance.

Au début du parcours maçonnique, la matière domine puis l'esprit s'intègre à la matière pour la dominer mais tous deux restent indissociables et la petite étoile brodée représente le maître qui doit rester dans une position médiane, harmonieuse, source de création. Il a renoncé aux vices et aux passions liés à la matière symbolisée par l'équerre pour atteindre une élévation morale, une renaissance aux valeurs de l'esprit symbolisées par le compas. Au-dessus, le Soleil, force vitale et régénératrice, représentant la raison, fait face à la Lune qui de même qu'elle reçoit et réfléchit la lumière solaire, absorbe la pensée logique et la mêle à l'intuition et à la sensibilité. Ils forment une triade avec l'Etoile Flamboyante dont le maître de loge est l'image temporelle ; en effet, selon les rituels : "comme le Soleil éclaire les travaux des maçons le jour, la Lune pendant la nuit,  de même l'Etoile Flamboyante ou le Vénérable préside à la loge pour l'éclairer de ses conseils et de ses lumières". Enfin, lors du rituel d'initiation au grade de maître, le franc-maçon déclare "l'acacia m'est connu". Cet arbre, symbole d'immortalité, planté sur la tombe d'Hiram, l'architecte de Salomon assassiné par trois compagnons, lui a permis de retrouver le corps, de l'extraire de l'obscurité et de s'identifier à lui pour renaître libéré de son ignorance, régénéré.

C. B.

Bibliographie

Bayard Jean-Pierre, Symbolisme maçonnique Traditionnel, I, les loges bleues, II, les Hauts grades, 5° édition, Edimat, Paris, 1987.

Besuchet de Saunois Jean-Claude, Précis de l'Ordre de la Franc-maçonnerie depuis son introduction en France jusqu'en 1829, Rapilly librairie, Paris, 1829.

Boucher Jules, La Symbolique maçonnique, Dervy, Paris,1948.

Coutura Johel, La Franc-maçonnerie à Bordeaux (XVIII°-XIX° siècles), Editions Jeanne Laffitte, Marseille, 1978.

Coutura Johel, Cavignac Jean, ""La Franc-maçonnerie en Gironde, in bulletin de l'I.A.E.S n° 17/18, 1° semestre 1974.

Doré André, Petit lexique  maçonnique en forme de dictionnaire à l'usage des Loges et des Franc-maçons que la Maçonnerie intéresse, Collection de l'Institut de Recherches et d'Études Maçonniques IDERM, Paris, Edimaf, 1986.

La Franc-maçonnerie, exposition présentée au musée d'Aquitaine du 11 juin au 16 octobre 1994, Bordeaux, 1994.

Lhomme Jean, Maisondieu Édouard, Tomaso Jacob, Dictionnaire thématique illustré de la Franc-maçonnerie, Éditions du Rocher, Jean-Paul Bertrand Éditeur, 1993.

Morata Raphaël, Les objets de la Franc-maçonnerie, Ch. Massin éditeur.

Musée de la Franc-maçonnerie, Collection du Grand Orient de France, Beaux Arts Magazine, hors-série.