Tablier de maître du rite français, Bordeaux, 1815-1855.

Soie et coton, brodé et pailleté. H. 33 cm, L. 38 cm.
Provenance : vente aux enchères.

Don des Amis du musée d'Aquitaine en 2007.

Inv. 2007.9.1

Tablier de maître du rite français

 

Tablier en soie blanche rectangulaire à angles arrondis bordé d'un galon tuyauté bleu comme la bavette ornée d'un soleil rayonnant. Sur le plat, une houppe dentelée à lacs d'amour se déploie au-dessus des deux colonnes J et B à chapiteaux corinthiens, décorées de treillis en forme de réseau et posées sur une base cubique. Entre les colonnes, le Soleil et la Lune encadrent le temple précédé de 7 marches d'où s'échappent 2 branches d'acacia largement déployées. Le fronton est frappé du compas et de l'équerre entrecroisés.

 

 

 

 

 

©  Mairie de Bordeaux, Lysiane Gauthier

Le tablier est le véritable insigne maçonnique remis au frère le jour de son initiation avec les gants blancs qui, dissimulant l'origine sociale, assurent l'égalité entre tous.

Les tabliers des deux premiers grades sont en peau d'agneau blanche et vierge de tout décor, portés bavette relevée par l'apprenti et bavette rabattue par le compagnon. Celui de maître, en peau ou en satin blanc, bordé de bleu dans le rite français, est brodé d'attributs et de lettres symboliques. Héritier direct de la maçonnerie opérative où les maçons le portaient pour se protéger, il symbolise, dans la maçonnerie spéculative , la construction du Temple de l'humanité idéale. Il faut améliorer, perfectionner l'être humain pour qu'il atteigne son épanouissement, la perfection et la lumière.

Précédé de 7 marches, le temple de Salomon dont l'édification est décrite dans la Bible, au chapitre 7 du 1er Livre des Rois, aurait été élevé en 7 ans, âge symbolique du maître maçon qui est parvenu à la plénitude de l'initiation. De part et d'autre, les deux colonnes d'airain dressées par Hiram devant le temple. A gauche Jakîn qui signifie "il établit", masculine, symbolise l'énergie expansive et à droite Boaz, "dans la force", féminine, symbolise la réceptivité, l'assimilation ce qui signifie donc "Dieu établit son temple dans la force (solidité)". Ces deux colonnes, complémentaires et indissociables, marquent les limites du monde profane, la transition avec l'univers des initiés. Les deux luminaires se répondent. A côté de Jakîn, le Soleil, principe actif, force vitale et régénératrice, symbole de force et d'autorité, à droite, la Lune, principe passif associé à la transformation et à la croissance, à l'imagination et à l'intuition, symbolise le processus de la gestation dans le mystère de l'âme. Ainsi le Soleil est la raison qui éclaire les intelligences et la Lune, l'imagination qui donne forme aux idées. Au-dessus, la chaîne d'union ou houppe dentelée est une corde à lacs d'amour dont chaque extrémité est une houppe, symbole de la collectivité formée de brins individuels; c'est l'image de la fraternité qui doit unir tous les maçons. Directement inspirée du cordeau, outil de mesure des maçons opératifs, sa transformation en un cordon décoratif où les lacs d'amour, rappel de l'idéogramme de l'infini, remplacent les nœuds, en a changé le sens primitif.

C. B.

Bibliographie

Bayard Jean-Pierre, Symbolisme maçonnique Traditionnel, I, les loges bleues, II, les Hauts grades, 5° édition, Edimat, Paris, 1987.

Besuchet de Saunois Jean-Claude, Précis de l'Ordre de la Franc-maçonnerie depuis son introduction en France jusqu'en 1829, Rapilly librairie, Paris, 1829.

Boucher Jules, La Symbolique maçonnique, Dervy, Paris,1948.

Coutura Johel, La Franc-maçonnerie à Bordeaux (XVIII°-XIX° siècles), Editions Jeanne Laffitte, Marseille, 1978.

Coutura Johel, Cavignac Jean, ""La Franc-maçonnerie en Gironde, in bulletin de l'I.A.E.S n° 17/18, 1° semestre 1974.

Doré André, Petit lexique  maçonnique en forme de dictionnaire à l'usage des Loges et des Franc-maçons que la Maçonnerie intéresse, Collection de l'Institut de Recherches et d'Études Maçonniques IDERM, Paris, Edimaf, 1986.

La Franc-maçonnerie, exposition présentée au musée d'Aquitaine du 11 juin au 16 octobre 1994, Bordeaux, 1994.

Lhomme Jean, Maisondieu Édouard, Tomaso Jacob, Dictionnaire thématique illustré de la Franc-maçonnerie, Éditions du Rocher, Jean-Paul Bertrand Éditeur, 1993.

Morata Raphaël, Les objets de la Franc-maçonnerie, Ch. Massin éditeur.

Musée de la Franc-maçonnerie, Collection du Grand Orient de France, Beaux Arts Magazine, hors-série.